#NOE ou la prise de conscience effective de la transformation numérique

French Economy and Industry minister Emmanuel Macron arrives at the Elysee palace in Paris for the weekly cabinet meeting on November 5, 2015.  AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Le projet de loi Macron 2 sera bien baptisé #noé. Le texte visant à favoriser les « nouvelles opportunités économiques » apportées par la révolution numérique sera présenté en janvier au Conseil des ministres, a annoncé lundi Emmanuel Macron. « Il y aura un projet de loi qui sera présenté en janvier sur la table du Conseil des ministres. (…) Je ferai une première série de propositions à la mi-décembre, puis un point début janvier et il y aura un texte de loi présenté en janvier », a-t-il précisé lors d’une rencontre avec des acteurs de l’économie numérique, à Bercy.

Le texte doit permettre à chacun de « trouver sa place » dans la « transformation » numérique, a expliqué lundi le ministre de l’Économie. « On a besoin d’un diagnostic partagé », a affirmé Emmanuel Macron, qui recevait à Bercy une dizaine d’acteurs de l’économie numérique, économistes, chercheurs et entrepreneurs, afin de dresser l’inventaire des faiblesses de la France face à la révolution numérique. Il a présenté un court document détaillant un certain nombre de problèmes qui devraient être abordés dans la loi.

Favoriser les start-up. « Contrairement aux consommateurs, les entreprises françaises ne tirent pas pleinement parti des opportunités associées au numérique », constate Bercy dans son état des lieux. Les acteurs économiques installés « doivent (…) tout faire pour s’engager pleinement dans la transformation numérique, afin de se moderniser, d’améliorer encore la qualité de leurs services et de maintenir ainsi à son plus haut niveau leur compétitivité », note le ministre.

Pour favoriser leur transformation et l’émergence des start-ups, Bercy propose notamment d’adapter les structures de financement et de « moderniser les outils de régulation », « tout en préservant la plus grande sécurité juridique ». Et alors que la vague numérique devrait permettre la création de nombreux emplois peu qualifiés et non routiniers, surtout dans les services, les conseillers de M. Macron regrettent que « des dizaines, voire des centaines d’activités (soient) soumises à qualification obligatoire sans que l’on puisse comprendre pourquoi ». « La France, qui se distingue par sa difficulté à créer des emplois peu qualifiés, peut profiter de cette dynamique en levant les barrières à l’accès à ces activités », juge Bercy.

Source : http://www.europe1.fr/economie/numerique-le-projet-de-loi-noe-macron-2-sera-presente-en-janvier-2617623